L'acide Hyaluronique

Nous savons depuis de nombreuses années que le processus de vieillissement du visage ne se limite pas à la seule ptose tissulaire. Il est associé à une fonte des tissus graisseux et osseux. De ce fait nous nous efforçons de restaurer cette perte de volume soit par l’injection de produits de comblements (fillers) en médecine esthétique soit par l’injection de graisse (lipofilling) en chirurgie esthétique.

L’acide hyaluronique (AH) est un élément constitutif de la peau mais dont la concentration a tendance à diminuer à partir de la vingtaine produisant une déshydratation de la peau.

Le produit que nous utilisons en médecine esthétique est à 100% synthétique, donc sans risque de transmission de pathogènes. Il est injecté au niveau des sillons du visage ainsi que dans les régions où une perte de volume a été constatée. Le caractère hautement hydrophile de l’AH lui permet d’attirer l’eau et donc d’avoir une capacité volumatrice.

La vitesse de dégradation et donc de disparition de l’effet volumateur dépend de la zone d’injection. Plus l’injection est faite proche d’une zone mobile (bouche, …) plus vite le produit est dégradé. Ainsi nous pouvons prévoir une pérennité de trois à quatre ans pour les tempes et le nez, deux ans pour les pommettes et l’ovale du visage, un an et demi pour les sillons nasogéniens, un an pour les plis d’amertumes et six mois pour les lèvres.

En sortant du cabinet vous aurez toujours une sensation de "trop peu". En effet nous devons "sous corriger" les zones à traiter en vue du remplissage progressif qui se fera pendant les quatre à cinq jours qui suivent.

L’injection doit être faite dans des conditions d’asepsie strictes et avec une technique parfaitement maitrisée. En effet, nombres de complications à long terme trouvent leur origine dans le non respect des deux règles précédentes.

Une injection trop superficielle peut provoquer l’apparition d’une ligne bleutée, "l'effet Tyndal" due à une différence de réfringence de la lumière.

Une injection faite dans de mauvaises conditions d’hygiène provoque la survenue à long terme d’une masse (granulome) témoin d’une réaction à corps étranger. L’explication provient de ce que nous appelons le "biofilm" qui entoure le produit injecté et représente un milieu de culture pour le développement des germes.

Dernier message du Docteur Zirak : "ne laissez personne vous injecter des produits définitifs dans le corps ; ceci est une hérésie. Comment peut-on injecter un produit qui ne se dégrade pas dans un environnement, le visage, qui est en perpétuelle évolution ?".

De plus il faut savoir que tous les produits "définitifs" provoquent à plus ou moins long terme des complications.

Newsletter