La beauté est une notion extrêmement subjective. Les canons de beauté sont différents selon les périodes, les cultures et les régions géographiques.

Néanmoins dans toutes les sociétés et de tous temps, le beau a été associé au bon. Les études ont montré qu’une apparence physique avantageuse donne non seulement confiance en soi mais elle suscite également la confiance des autres et, par voie de conséquence, une plus grande propension à la réussite. Subjective et éphémère, la beauté n’est pas une garantie d’intelligence, d’intégrité morale ou de capacité intellectuelle particulière. Et pourtant les personnes attirantes, bien habillées et propres sur elles suscitent davantage confiance, ce qui leur procure plus de confiance en soi.

La beauté est en définitive la perception d’un état d’harmonie et de justes proportions qui provoque de l’attirance chez l’être humain. Par opposition est considéré comme laid, tout ce qui est dysharmonique et difforme.

Restaurer l’harmonie du corps, mettre en exergue la beauté de chacun, et ce dans un cadre de sécurité maximale, voilà la mission du chirurgien plasticien que je suis.

Ces notions sont d’une importance capitale surtout de nos jours. En effet l’explosion de la demande s’est accompagnée malheureusement de dérives intolérables car portant atteinte à l’intégrité physique de la personne avec des répercutions psychologiques certaines.

Je me dois de penser, en tant que professionnel de la beauté, à tous les éléments connexes qui entourent un acte tant de médecine esthétique que de chirurgie esthétique. Car le contrôle strict de tous ces paramètres est un gage de performance, de pérennité et d’innocuité de la procédure.

En fonction du moment de la vie de chaque patient, de ses caractéristiques intrinsèques ainsi que de ses desideratas, je propose la solution la mieux adaptée tant d’un point de vue du résultat que de sa longévité et de sa sécurité.

Lorsqu’un acte technique est programmé, des protocoles extrêmement précis comportant un parcours patient, des examens complémentaires, des fascicules d’informations ainsi que la visite d’autres spécialités, sont appliqués.

J’ai nommée cette approche que je promeus depuis plusieurs années « The GBC® » (Global Beauty Concept).

Global Beauty Concept

Cette approche consiste en la mise en branle de plusieurs spécialités qui concourent à réduire au maximum l’impact de la procédure sur les tissus et donc l’inconfort post opératoire du patient. Ainsi mes patients sont très peu gonflés, ont peu de bleus et dégonflent plus rapidement que d’autres. De ce fait la fibrose post opératoire sera beaucoup moins marquée, permettant d’avoir une souplesse tissulaire incomparable.

Ainsi, je m’efforce de créer, de restaurer ou d’améliorer l’harmonie des visages et des corps tout en subtilité et sans ostentation. Les patients retrouvent la confiance perdue car leur image corporelle est enfin en accord avec ce qu’ils ressentent. De ce fait ils pénètrent dans un cercle vertueux : "la disgrâce résorbée, j’ai plus confiance ; j’ai plus confiance, je rayonne".

 

Docteur Christophe Zirak

Head of Department

Member of European Board of Plastic Reconstructive and Aesthetic Surgery

FCCP

Newsletter