La toxine botulinique ou le Botox

Utilisée depuis les années 70 par nos confrères neurologues pour des problèmes tels que la dystonie cervicale ou la spasticité musculaire, ainsi que par les ophtalmologues pour le blépharospasme ou le strabisme, l’utilisation de la toxine botulique dans le traitement des rides a été approuvée en 1989 aux Etats Unis et en 2004 en Europe.

Les contractions répétées des muscles de la mimique contribuent à la formation des rides. Ces rides sont toujours perpendiculaires à l’action de ces muscles.

La toxine botulique est une substance active (protéine naturelle obtenue à partir d’une bactérie : un bacille gram positif anaérobie, du genre Clostridium) qui  réduit localement la capacité contractile du muscle via une action de blocage de la libération du neurotransmetteur au sein de la jonction neuromusculaire (une chaîne légère de toxine bloque la libération du neurotransmetteur en clivant la SNAP-25).

L’absence de contraction musculaire aboutit à une réduction voire une disparition des rides d’expression et, in fine, à un lissage et un rajeunissement de la peau du visage trois à quatre jours après l’injection.

La ré-innervation du muscle se fait par la repousse des terminaisons nerveuses au bout de trois à quatre mois. C’est pour cette raison que l’injection doit être répétée tous les trois quatre mois, la première année et tous les six à sept mois, par la suite.

Les meilleures indications sont les rides d’expression du tiers supérieur de la face donnant un aspect fatigué, triste ou sévère à votre visage

  • Rides du front
  • Rides inter-sourcillières (rides du lion)
  • Rides au coin des yeux (rides de la patte d’oie)
  • Rides obliques du nez (bunny lines)

D’autres indications moins connues

  • Traitement du gummy smile (visibilité inesthétique des gencives)
    • Il existe trois types de sourire. En fonction du votre, le Docteur Zirak choisira les meilleures zones d’injection afin de maintenir votre sourire naturel mais sans la visibilité de vos gencives.
    • La durée d’action est de un à trois mois en fonction du tonus de vos muscles et de la mobilité de vos lèvres supérieures.

  • Traitement de l’hyperhydrose
    (transpiration excessive de la région axillaire, de la paume des mains ou la plante des pieds)
    • Dans le passé pour résoudre ce problème, nous avions recours à une chirurgie lourde (sympathectomie chirurgicale) non dénuée de complications (déhiscence des plaies, infection, sérome). De surcroit une sudation rebond (transpiration excessive localisée à une autre partie du corps) n’était pas une chose rare.
    • Après l’application d’amidon et d’Isobétadine, le Docteur Zirak injectera les zones incriminées sous anesthésie locale.
    • Pendant six à neuf mois la zone traitée ne transpirera plus.

  • Traitement des bandes platysmales
    Les deux muscles peauciers du cou ont tendances à se contracter laissant apparaître leurs bords libres. Dans des stades précoces, l’injection de Botox™ permet de gommer ces fanons afin de procurer un rajeunissement de la région du cou.

  • Aspect inhomogène du menton

  • Rides sur les paupières inférieures
    Cette injection ne se fera que pour des indications bien précises. Vous devrez en discuter avec le Docteur Zirak.

  • Prévention du vieillissement du tiers inférieur du visage
    Traitement préventif contrecarrant l’action de tous les muscles qui ont tendance à affaisser le visage.

Contre indications

  • Grossesse, lactation
  • Réaction d’hypersensibilité à l’Albumine humaine
  • Antécédents de troubles neuromusculaires (myasthénie, Sclérose Latérale Amyotrophique …)
  • Prise médicaments qui potentialisent l’action de la toxine (Quinine…)

Complications

  • Douleurs, rash, ecchymose locale
  • Paralysie muscle adjacent (ptose palpébrale, dysphagie)
  • Réaction d’hypersensibilité
Newsletter